[LIVRE] « Rich Dad Poor Dad » – Ce que les Gens Riches Enseignent à leurs Enfants …

Je viens de terminer la lecture du livre : « Rich Dad Poor Dad » du célèbre entrepreneur Américain Robert Kiyosaki, publié en 1997. Ce livre a connu un succès planétaire à sa sortie, traduit dans une dizaine de langues. C’est un livre sur l’éducation financière. Plus précisément, ce que les gens riches enseignent à leurs enfants à propos de l’argent.

Le thème principal de « Rich Dad Poor Dad » est la manière d’utiliser l’argent comme un outil d’accroissement de richesse. Il casse le mythe selon lequel les riches naissent riches et pointe les lacunes de l’école en matière d’éducation financière.

Dès les premières pages du livre, l’auteur détruit même le mythe de l’école comme ascenseur social.

Personnellement, j’ai immédiatement accroché à l’analyse de Robert Kiyosaki. J’ai même trouvé son analyse très pertinente et en phase avec la réalité du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. En effet, il ne suffit plus seulement d’aller à l’école, d’obtenir de bonnes notes, puis de trouver un bon travail pour s’assurer d’une vie « confortable » sur le plan financier.

J’ai décidé d’écrire cet article, car je pense vraiment que certains enseignements de « Rich Dad Poor Dad » peuvent aider à l’éducation financière de quelques-uns d’entre vous.

Couverture du livre – Rich Dad Poor Dad – Robert Kiyosaki

Chapitres

« Rich Dad Poor Dad » est divisé en dix chapitres plus l’introduction, mais une grande partie du livre se concentre sur les six premiers chapitres du livre.

  • Introduction: Rich Dad Poor Dad
  • Chapter 1: The Rich Don’t Work for Money
  • Chapter 2: Why Teach Financial Literacy?
  • Chapter 3: Mind Your Own Business
  • Chapter 4: The History of Taxes and the Power of Corporations
  • Chapter 5: The Rich Invent Money
  • Chapter 6: Work to Learn – Don’t Work for Money
  • Chapter 7: Overcoming Obstacles
  • Chapter 8: Getting Started
  • Chapter 9: Still Want More? Here Are Some To-Do’s
  • Chapter 10: Finals thoughts

J’ai lu « Rich Dad Poor Dad » en anglais, mais le livre existe également en français sous le titre : « Père Riche Père Pauvre ».

À présent, je vous propose une présentation rapide du livre, avec l’idée centrale de chaque chapitre.

Introduction

Robert Kiyosaki a eu deux pères dans sa vie :

Le père pauvre était son père biologique, un homme très intelligent et très bien éduqué. Son père pauvre croyait qu’il fallait étudier dur et obtenir de bonnes notes, puis trouver un emploi bien rémunéré. Pourtant, malgré ces convictions très nobles, le père pauvre n’a pas réussi financièrement.

Le père riche est le père du meilleur ami de Robert Kiyosaki. Il avait une éthique de travail similaire à celle du vrai père de Robert Kiyosaki, mais avec une particularité. Le père riche croyait en l’éducation financière, en l’apprentissage du fonctionnement de l’argent et en la manière de le faire travailler pour soi. Bien qu’il ait abandonné ses études très tôt, le père riche a fini par devenir millionnaire en mettant l’argent à son service.

Le livre est écrit du point de vue de Robert Kiyosaki sur la façon dont le père riche s’y est pris pour gagner de l’argent et sur les erreurs commises par son père pauvre.

Chapitre 1 : « The Rich Don’t Work for Money » – Les riches ne travaillent pas pour l’argent en français

L’idée centrale de ce chapitre, c’est que les riches ne travaillent pas pour l’argent. En réalité, c’est l’argent qui travaille pour eux.

L’auteur souligne également qu’avoir un emploi régulier n’est qu’une solution à court terme au problème à long terme de devenir riche et d’accéder à la liberté financière.

Chapitre 2 : « Why Teach Financial Literacy ? » – Pourquoi enseigner l’éducation financière ? en français

Le deuxième chapitre de « Rich Dad Poor Dad » explique la différence entre un actif et un passif. L’auteur insiste sur le fait que l’important n’est pas de savoir combien d’argent on gagne, mais plutôt combien d’argent on garde.

Un actif est quelque chose qui a de la valeur, qui produit un revenu ou s’apprécie, et qui a un marché où l’actif peut facilement être acheté et vendu.

À l’inverse, le passif ne produit pas de revenus. Pire, il vous prive d’argent en raison des coûts qui lui sont associés. L’auteur prend l’exemple, dans le livre, de la maison secondaire.

J’ai trouvé ce chapitre très intéressant, car très pédagogique.

Chapitre 3 : « Mind Your Own Business » – S’occuper de ses affaires en français

L’auteur fait deux recommandations importantes :

D’abord, rembourser nos dettes et commencer à investir dans des actifs productifs de revenus dès que possible.

Ensuite, il préconise de rester en bonne santé financière en consacrant notre temps (plutôt que notre salaire) et en investissant le plus possible de notre argent dans des actifs.

Enfin, Robert Kiyosaki souligne que « la plupart des gens confondent leur profession avec leur entreprise. Ils passent ainsi toute leur vie à travailler dans l’entreprise de quelqu’un d’autre et à enrichir d’autres personnes. »

Chapitre 4 : « The History of Taxes and the Power of Corporations » – L’histoire des impôts et le pouvoir des entreprises en français

Dans ce chapitre 4 consacré aux taxes et aux impôts, l’auteur de « Rich Dad Poor Dad » explique que les riches, avec l’exemple des sociétés privées, connaissent parfaitement les règles en matière de fiscalité. Et ils utilisent tous les moyens légaux à leur disposition pour minimiser leur charge fiscale.

L’auteur explique aussi que les personnes avec de faibles revenus, « les pauvres », sont également exemptées d’impôts. Mieux, ces personnes sont même aidées par le « système ».

Finalement, la charge fiscale pèserait essentiellement sur les personnes avec un revenu moyen. Oui, ce sont les personnes issues de la classe moyenne qui subirait principalement la pression fiscale. J’ai trouvé ce chapitre très intéressant, car véridique.

Chapitre 5 : « The Rich Invent Money » – Les riches créent de l’argent en français

La traduction la plus juste en français serait plutôt : « les riches créent de la richesse ». Mais je trouve cette traduction un peu éloignée de l’idée centrale du chapitre. L’essentiel est que vous compreniez là où l’auteur veut en venir.

Robert Kiyosaki utilise le terme « inventer de l’argent », cela signifie pour lui : « trouver des opportunités ou des affaires pour lesquelles d’autres personnes n’ont pas les compétences, les connaissances, les ressources ou les contacts nécessaires ».

Selon l’auteur, les opportunités sont partout. Cependant, la plupart des gens ne sont pas formés financièrement pour reconnaître les opportunités qui se présentent à eux.

Chapitre 6 : « Work to Learn – Don’t Work for Money » – Travailler pour apprendre – Ne pas travailler pour l’argent en français

Dans ce chapitre 6, Robert Kiyosaki insiste sur le fait de travailler pour apprendre et ne pas travailler pour l’argent, surtout lorsque l’on est au début de sa vie professionnelle.

Son père pauvre était intelligent et bien éduqué et travaillait pour gagner de l’argent parce que la sécurité de l’emploi était tout pour lui. En revanche son père riche est devenu millionnaire en travaillant pour apprendre.

En fait, ce chapitre 6 est un plaidoyer à la formation continue, à l’apprentissage. L’auteur nous invite à profiter de la moindre petite occasion qui se présente à nous pour apprendre.

Chapitre 7 : « Overcoming Obstacles » – Surmonter les obstacles en français

Robert Kiyosaki commence ce chapitre en notant que « la principale différence entre une personne riche et une personne pauvre, c’est la façon de gérer sa peur. »

Dans le livre, la « peur » concerne la peur de perdre de l’argent et la façon de gérer cette peur.

La peur est l’un des cinq plus grands obstacles que les gens rencontrent sur la voie de l’indépendance financière : Peur – Cynisme – Paresse – Mauvaises habitudes – Arrogance.

Ces cinq obstacles – et l’incapacité à les dépasser – expliquent pourquoi « les personnes qui ont étudié et acquis des connaissances financières ne parviennent toujours pas à développer des actifs qui génèrent des flux de trésorerie abondants. »

Chapitre 8 : « Getting Started » – Le démarrage -10 Conseils

Dans le chapitre 8, Robert Kiyosaki nous livre ses dix conseils pour développer notre génie financier :

1- Ayez un attachement émotionnel fort ou un but pour faire ce que vous faites, une combinaison de ce que vous voulez et de ce que vous ne voulez pas.

2 Faites les bons choix au quotidien, notamment en adoptant les bonnes habitudes et en s’éduquant.

3- Sélectionnez vos amis avec soin, en veillant à ne pas écouter les personnes effrayées ou « pauvres ».

4- Apprenez rapidement et développez une « formule » pour gagner de l’argent.

5- Payez-vous d’abord en maîtrisant le pouvoir de l’autodiscipline pour gérer votre trésorerie, votre personnel et votre temps personnel.

6- Employez des personnes très qualifiées et rémunérez-les généreusement pour leurs conseils, car plus elles gagnent de l’argent, plus vous en gagnerez.

7- Demandez-vous « à quelle vitesse je récupère mon argent ? » en vous concentrant d’abord sur le retour D’investissement, puis sur le retour SUR investissement.=>Un peu subtil à comprendre.

8- Utilisez l’argent généré par les actifs que vous possédez pour acheter des produits de luxe en vous concentrant sur l’autodiscipline afin de diriger l’argent pour en créer davantage.

9- Ayez un modèle à suivre et exploitez la puissance de son génie pour le mettre à votre service.

10- Réalisez que si vous voulez quelque chose, vous devez d’abord donner quelque chose.

Robert Kiyosaki développe chaque conseil qu’il illustre par des exemples de la vie quotidienne.

J’ai essayé de traduire de l’anglais vers le français mais je ne suis pas bilingue. Je m’excuse donc par avance si la traduction n’est pas tout à fait exacte. Si vous voulez aller plus loin, je vous invite à lire le livre.

Ce que j’ai retenu :

Les six premiers chapitres du livre « Rich Dad Poor Dad » sont particulièrement riches en enseignement.

Le conseil numéro 5, dans le chapitre 8, m’a beaucoup marqué : « se payer d’abord ».

J’étais un peu perplexe en lisant ce passage. En effet, comme beaucoup de gens, j’ai l’habitude de payer d’abord mes charges (factures, impôts, taxes…) puis « me payer » plus tard, s’il reste un peu d’argent. Sauf que dans la réalité, Robert Kiyosaki démontre que très souvent tout notre salaire part dans les dépenses. Et, à la fin, on se retrouve avec rien. Ainsi, notre existence ne se résumerait seulement à aller travailler et à dépenser notre salaire pour payer les charges. Ce n’est pas vivre, mais survivre pour Robert Kiyosaki.

Cet état d’esprit serait même contre-productif. Car cela crée de la frustration et, à terme, du découragement. En revanche, en « se payant d’abord », on est plus motivé et on est dans les meilleures conditions pour développer notre « génie financier ».

Depuis la lecture de ce livre, je m’applique ce conseil. Et, bizarrement, je me sens bien. Cela a même développé mon « génie financier ». En effet, pour avoir suffisamment d’argent pour « me payer d’abord » et couvrir toutes mes dépenses, je suis maintenant à la recherche de nouvelles opportunités constamment pour augmenter mes revenus. Je n’étais pourtant pas très portée sur l’argent. Mais Robert Kiyosaki a su me convaincre que « tout travail mérite bien un salaire » et que l’argent, c’est la liberté ! 🙂

Pour conclure

« Rich Dad Poor Dad » de Robert Kiyosaki est un excellent livre, facile à lire et pédagogue. C’est un livre, à la fois, sur l’éducation financière et le développement personnel.

La force du livre, pour moi, c’est la dimension autobiographique du roman. L’auteur nous parle de son vécu personnel par rapport à l’argent. De ce vécu, il en a tiré des enseignements dont il s’attèle à dérouler tout le long du livre, avec appui sur des exemples parlants.

Je vous recommande donc de lire « Rich Dad Poor Dad » de Robert Kiyosaki, si ce n’est pas déjà fait !

Images : Iwaria.com

Laisser un commentaire

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)