Portrait de Kaliisa, 24 ans, survivante du cancer et entrepreneure sociale

À seulement 24 ans, Shamim Nabuuma Kaliisa, originaire de l’Ouganda, est la jeune fondatrice et directrice générale de la start-up « CHIL AI LAB  » créée en 2017. La start-up propose des kits de dépistage du cancer du sien et du col de l’utérus et des services via son application mobile « Keti AI App. « CHIL AI LAB » intègre également des services de drones pour faciliter le transport des échantillons de cancer des zones rurales vers des laboratoires en ville sans que les femmes n’aient à parcourir de longues distances.

Les habitants de son village l’appellent « mama cancer », mais Kaliisa se définit avant tout en tant que femme noire entrepreneure. Elle s’est donnée pour mission d’aider les femmes dans le monde grâce à l’intelligence artificielle au service de la médecine. Pour ce faire, elle s’appuie à la fois sur ses expériences académiques et professionnelles dans le domaine médical et scientifique.

Son idée d’entreprise est née d’un besoin

Kaliisa au GSEA — Global Student Entrepreneur Awards – source : Leading Ladies Africa

Kaliisa explique souvent dans ses interviews avoir grandi dans un milieu modeste, avec un accès très limité à des soins de santé de qualité. D’ailleurs, l’hôpital le plus proche de son domicile se trouvait à plus de 70 kilomètres et proposait à la population des soins médiocres. En plus, l’hôpital était sous équipé pour gérer des cas graves, tels que des cancers.

À l’âge de 13 ans, la mère de Kaliisa tombe gravement malade d’un cancer du col de l’utérus et en meurt quelques mois après le diagnostic. En enterrant sa mère, elle était loin d’imaginer que des années plus tard elle serait à son tour diagnostiquée d’un cancer du sein. Pour sauver sa vie, elle a recours à une mastectomie partielle[1].

Ces expériences personnelles ont inspiré la jeune femme à chercher des solutions pour élargir les services médicaux à ceux qui en ont besoin mais qui n’ont pas les finances ou les moyens d’y accéder.

Une entreprise a succès

Kaliisa dans son bureau – source : Leading Ladies Africa

Depuis sa création en 2017, « CHIL AI LAB » rencontre un succès retentissant. Son chiffre d’affaires est passé de 2 500 à 300 000 dollars de revenus annuels.

Le portefeuille client est, quant à lui, passé de 130 à 150 000 clientes dans le monde. Il faut dire que la petite start-up a su parfaitement intégrer la technologie comme catalyseur. Cela lui a permis de passer en quelques années d’une petite structure, d’abord hors ligne, en une structure plus importante et entièrement numérique qui offre des services de santé aux femmes malades grâce à l’intelligence artificielle. L’entreprise compte aujourd’hui 21 employés dans 25 pays.

Prix et reconnaissance internationale

Kaliisa (en rouge) pose pour Forbes Afrique

« CHIL AI LAB » est soutenu par de nombreuses organisations internationales (GIZ[2], CCHub[3], le PNUD[4]) et groupes internationaux (Google) : La start-up a également reçu de nombreux prix internationaux : « Tedeka young entrepreneur award 2018 », « AWIEF Social Impact award 2018 », « Ruforum young entrepreneur award 2018 », et bien d’autres.

Kaliisa peut également compter sur le soutien de la Fondation Tony Elumelu. En quelques années, la jeune femme est devenue l’un des visages incontournables de la « Tech Santé » en Afrique. D’ailleurs, on la retrouve ce mois-ci en couverture du magazine Forbes Afrique dans son classement annuel des 30 jeunes africains les moins de 30 ans les plus influents[5] sur le continent.

Ses projets

Logo de « CHIL AI LAB » – source site internet

« CHIL AI LAB » travaille sur un projet de cartes à puce médicale dont l’objectif, à terme, sera la sauvegarde numérique des données des patientes. Ces cartes devraient être commercialisées dans le monde d’ici à 2023, après des essais pilotes en Afrique de l’Est et en Afrique australe. Kaliisa souhaite également conquérir de nouveaux marchés, notamment en Asie et en Amérique latine.

Sources : Forbes Africa et The Tony Elumelu Foundation


[1] Ablation d’un sein

[2] Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit : agence allemande de développement

[3] Co-Creation Hub : centre de technologie basé à Lagos

[4] Programme des Nations Unies pour le développement

[5] Voir article : Un Camerounais Tête de Liste du Classement “30 Under 30” Forbes Africa Cru 2020


Image de couverture : photo de Kaliisa en couverture du magazine Forbes Afrique pour l’édition du mois d’avril

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)